Running pain

How do you treat periostitis?

Si vous n’arrivez pas à enchaîner trois foulées sans avoir mal le long du tibia, si il vous impossible d’appuyer dessus ou si une sensation de brûlure et douleur est présente lorsque vous relevez le pied vers le ciel, vous souffrez certainement de ce que l’on appelle des périostites. 


Qu’est ce que le périoste?

Le tibia est recouvert d’une très fine membrane fibreuse et blanchâtre appelé périoste, et c’est lors que cette membrane présente une inflammation que l’on a ce que l’on appelle des périostites.


Comment les périostites peuvent apparaître?

Il est important de savoir que l’impact du pied au sol est trois fois plus important à la course qu’à la marche simple. A chaque foulée, une onde de choc remonte le long du tibia et c’est pour cela que les périostites sont très courantes chez le coureur à pied.

Les personnes qui en général courent sur surfaces dures (route, tapis roulant par exemple) ou qui portent des chaussures non adaptées seront plus sujettent aux périostites. Afin de vous faire comprendre “grossièrement” ce qui se passe, j’aime l'interpréter ainsi:  À chaque accoups, et encore plus si votre cycle de course présente une attaque talon, la membrane fibreuse se “décollera” de l’os lui même et des petites bulles d’air viendront se glisser entre l’os du tibia et la membrane.  


Que faut il faire pour traiter les périostites?

Il faut donc prendre certainement mesures pour éviter les douleurs et surtout les faire disparaître. (Sensation de brûlure = inflammation). Dans un premier temps il est essentiel de réduire toute activité physique pour éviter l'aggravation tel qu’une fracture de fatigue. Afin de diminuer la douleur et réduire l’inflammation, un pack de glace peut être appliqué  pendant 20 minutes plusieurs fois par jour. (le plus efficace est de le faire pendant 20 minutes toutes les deux heures). Si vous en avez le courage, il est encore plus efficace de « plonger » les pieds dans une bassine glacée pendant 5 minutes.

Je vous conseille par la suite de prendre rendez vous chez votre médecin pour qu’il puisse vous prescrire des séances de kinésithérapie. Ne vous attendez pas à avoir des petits massages douceurs en y allant, mais ces séances de rééducation seront essentielles pour éviter toute fracture de fatigue ou aggravation. Chez vous de façon quotidienne et si votre kiné vous en donne l’autorisation, vous pouvez effectuer des massages le long du tibia. (à la main ou avec une cuillère). Vous aurez l’impression de sentir des petites bulles d’air éclater. (Cela signifie que la membrane vient se repositionner sur l’os). Afin de limiter la douleur causée par les vibrations à chaque pas lors de l’impact au sol, n’hésitez pas à porter des chaussettes de contentions (vendues en pharmacie ou dans les magasins de sport spécialisés en course à pied). 

Quels types de chaussures faut-il privilégier? 

Si vous avez l’habitude de marcher pieds-nus (ce qui est en règle générale une bonne chose pour permettre au pied de fonctionner de manière physiologique), cela sera tout de fois à éviter en cas de périostites. En cas de douleurs, privilégier les chaussures ayant un amortis afin de réduire au maximum les vibrations causées lors de l’attaque talon à la marche. Les tongs ou chaussures ouvertes à l’arrière (pantoufles, sandales, crocs…) devront également rester au placard pendant quelques temps. Ce type de “chaussures” ne proposent aucun support, aucun maintien et les muscles du pied travailleront beaucoup trop. Ce qui est à l’inverse de ce que nous recherchons. 


Reprise de l’activité sportive

Une fois la douleur disparue il sera préférable de favoriser les séances d’entrainements sur pelouse ou en forêt. Commencez par une séance de marche rapide ou footing lent pour permettre à votre corps de se réhabituer à l’effort. Prenez également le temps de travailler la qualité de votre foulée pour éviter les impacts trop violent au sol. En course à pied, l’attaque talon est à éviter ! C’est une attaque médio-pied qu’il faut travailler et favoriser pour permettre un cycle avant des plus physiologique. Vous trouverez le détail du cycle de course dans mon prochain blog. 


Perrine Evans

A former athlete and graduate in Sports Kinesiology from the University of Central Missouri (USA), I am passionate about biomechanical analysis of running and postural analysis.